[./fusebox_long_2_colors_index.html]
[./page1.html]
[./page3.html]
[./page_27.html]
[./page6.html]
[./page16.html]
[./page5.html]
[./page7.html]
[./page8.html]
[./page9.html]
[./page10.html]
[./page12.html]
[./page20.html]
[./page18.html]
[./page20.html]
[./page22.html]
[./page24.html]
[./page21.html]
[./page_26.html]
[./page28.html]
[./page29.html]
[./page_25.html]
[./page30.html]
[./page14.html]
[./page_19.html]
[./page17.html]
[https://picasaweb.google.com/comitdejumelagedeverberie/20110502?authkey=Gv1sRgCIb4nvfGma_3qwE#]
[https://plus.google.com/photos/105042993254900844867/albums/5602204283841333681/5602204540779189314?banner=pwa&authkey=CIb4nvfGma_3qwE]
[https://plus.google.com/photos/105042993254900844867/albums/5653720232199448273/5653720294241364594?banner=pwa&authkey=CIP4--X4qfrXZw]
[https://plus.google.com/photos/105042993254900844867/albums/5748737796082131505/5748737904561600418?authkey=CKfMwoWMr9SSbA]
[https://plus.google.com/photos/105042993254900844867/albums/5751641260305624177/5751641680564473090?authkey=CKWL-KrV7vHg8QE]
[http://www.flickr.com/photos/fcjo/with/7254276310/#photo_7254276310]
[https://plus.google.com/photos/105042993254900844867/albums/5875913087946074193/5877087254358980562?pid=5877087254358980562&oid=105042993254900844867]
[https://plus.google.com/photos/105042993254900844867/albums/5864096297967799041/5864096338847780498?partnerid=gplp0&authkey=CKPRvr6EzobB9gE]
[https://plus.google.com/photos/105042993254900844867/albums/5875913180265908977?authkey=CKzX6-ebp6i8xQE]
[https://plus.google.com/photos/105042993254900844867/albums/5930933257172084577]
[https://plus.google.com/photos/105042993254900844867/albums/5875913087946074193/6002639926146093730?authkey=CO7Dt8GQiMe03AE&pid=6002639926146093730&oid=105042993254900844867]
[https://plus.google.com/photos/105042993254900844867/albums/posts/6026678645724418018?pid=6026678645724418018&oid=105042993254900844867]
[./page11.html]
[./page2.html]
[Web Creator] [LMSOFT]
    
  VERBERIE est un des lieux les plus anciens de la Picardie actuelle, et l'une des douze villes dont le royaume de Soissons était originairement composé sous le gouvernement des princes gaulois. Elle fut également l'une des douze villes royales de la dynastie mérovingienne. La commune s'est appelée Verimbrea en 741, puis Vermeria en 919 puis Wurembria et encore Verberiacum et enfin Verberie. La seigneurie de Verberie, d'abord simple métairie royale après défrichement des lieux, devint ensuite une maison du fisc. Les rois de la première race en firent un rendez-vous de chasse ou de plaisance situé dans l'étendue de la forêt de Cuise (aujourd'hui Compiègne) qui, alors n'était pas séparée de la forêt d'Halatte. Les rois se plurent beaucoup à Verberie, dont ils agrandirent le domaine.
  CHARLES MARTEL, au retour d'une expédition contre les Sarrasins, vint en 759 au palais de Verberie, où il prit le germe de la maladie dont il mourut deux ans plus tard. Quelques mois avant sa mort, il reçu les légats du Pape Grégoire III qui lui offrirent de grands présents, notamment les clés du Sépulcre de St Pierre et les chaînes dont cet apôtre avait été chargé dans sa prison. Ces envoyés, qui étaient venus réclamer un secours contre le roi des Lombards, eurent une magnifique réception, c'est le premier exemple d'une pareille ambassade en France.
  PEPIN LE BREF affectionna la résidence de Verberie , il y vint en 751 peu après son élévation au trône. Divers actes pontificaux constatent la présence de PEPIN LE BREF au palais de Verberie; dans les années 754-761, il y passait tous les printemps. Ce séjour ne fut pas moins agréable à CHARLEMAGNE qu'à son père, un des capitulaires daté de 808 traite des ouvrages à faire au palais de Verberie (de operibus palatii ad Vermeria)
CHARLEMAGNE y fit construire un superbe palais allant de la chapelle St Pierre au château d'Aramont, sur une longueur
de 420 mètres. Il était flanqué de tours rondes en pierres de taille , les murs étaient ornés de bas-reliefs et les frontons surmontés de statues colossales. Les portes étaient d'airain, les mosaïques de marbre , les meubles incrustés d'or. Les jardins , trés vastes formaient terrasses; le parc s'étendait jusqu'à la forêt, coupé de canaux et parsemé d'étangs. Autour n'étaient que prairies et bois. A cette époque, la forêt de Cuise, la forêt d'Halatte et la forêt de l'Aigle ne faisaient qu'une.
  CHARLES LE CHAUVE fit de fréquents voyage et de longs séjours à Verberie.Il y a convoqué en Juin 850 une cour
plénière dans laquelle il donna audience publique aux envoyés d'INICON, roi de Navarre qui lui demandait la paix: elle lui fut accordée. Un parlement eut lieu au mois d'août 851au palais de Verberie.
  CHARLES LE CHAUVE y convoqua plusieurs conciles: les métropolitains de Reims, Sens, Rouen, Tours y assistèrent avec leurs suffrageants et plusieurs évêques de la province de Lyon. On y approuva ce qui avait été proposé à Soissons dans un précédent concile.
  LOUIS LE GROS accorda une charte de " commune de Verberie".Au début du XIVème siècle, les rois firent de nouveaux voyages à cet ancien château qui était voisin de St Christophe en Halatte et du Montcel de Pont Ste Maxence.
PHILIPPE LE BEL, après avoir séjourné trois jours à St Christophe, arriva le 4 mai 1301 avec la reine et toute sa cour à Verberie. Il y était en octobre 1309 et fit expédier une charte pour concéder, au chapître St Maurice de Senlis, 60 charretées de bois à prendre annuellement dans la forêt d'Halatte.
CHARLES LE GROS accorda des franchises communales à Verberie, puis en 1359, la ville fut saccagée par les Normands, brûlée par les Anglais et reconstruite par CHARLES V. En 1430, Verberie subit une attaque d'un parti Anglais commandé par le Comte de Huttington. Un habitant du pays nommé JEAN d'HOURS rassemble quelques villageois et, à l'instar du GRAND FERRE à Longueil Ste Marie, se défendit vaillamment à l'intérieur du cimetière qui entourait l'église.
Après la guerre de Cent Ans, le palais est tellement ruiné que CHARLES VII en ordonna la démolition en 1431.
Sous FRANCOIS Ier, le bourg fut de nouveau fortifié, mais la ville ne pût échapper aux troubles des conflits qui
suivirent : la Ligue, la Fronde, l'occupation Prussienne en 1815, la grande guerre, et la guerre 39-45. La position de Verberie
lui a valu, au cours de ces deux dernières guerres de cruelles meurtrissures. En Septembre 1914 et en Juin 1940 ,
nos armées Françaises s'efforcèrent de barrer la route aux envahisseurs.
    L'actuel Château d'Aramont fut construit par le Seigneur de Raray, Nicolas de LANCY à l'endroit où se terminait l'aile gauche du palais de Charlemagne. Il fut érigé en fief par LOUIS XIII. Une tour carrée fut démolie en 1847. on trouve encore des substructions et des restes d'anciens murs avec une ogive du XIIIème siècle. L'église est sans doute bâtie sur l'emplacement de l'ancienne chapelle du Palais. Elle est cruciforme, le choeur pentagonal, le transept sud roman à longues croisées, avec corniche extérieure garnie de modillons à têtes grimaçantes. Le clocher s'écroula en 1333 et l'église fut endommagée par l'incendie de 1359. De ce riche passé d'histoire, il reste quelques vestiges , et des archives les plus complètes constituées par l'abbé CARLIER. 
    Un établissement des Templiers
    Un couvent des Cordeliers
    Une Maladrerie
    Un hôtel-dieu
    Une ministrerie des Mathurins fondée en 1206 
    et enfin, un jeu original dont les habitants de Verberie tireront leur nom de SAUTRIAUTS; Deux enfants s'enlaçaient
    en boule les pieds de l'un à la tête de l'autre et dévalaient la colline pour sauter le ruisseau en contrebas pour saluer
    l'arrivée du Roi. Celui-ci s'écriant alors "-allez , saute rio, saute-rio-"
       source: archives de Claude Carlier "histoire du Valois"
     et depuis 1993, les ouvrages d'art sur la L.G.V. Nord-Europe, un tunnel suivi d'un viaduc qui franchit l'Oise a une longueur de 1527mètres. C'est le second viaduc ferroviaire européen en longueur. Il comprend 32 piles, une tous les 48 mètres, dont la hauteur varie de 7 à 30 mètres.
                                                                                                
                                                                                                texte et rédaction: JJLequatre